MONDIAL DE RUGBY : L’ Afrique du Sud et ses Springboks sacrés champions du monde pour la quatrième fois de leur histoire

Face à des All-Blacks qui n’ont pas démérité malgré leur infériorité numérique dès la 30e minute, la nation arc-en-ciel conserve son titre mondial (12-11).

Déjà victorieuse avec un seul point d’avance en quart de finale contre la France (29-28) puis face à l’Angleterre en demi-finale (16-15), les héritiers de Nelson Mandela ont su puiser dans leur ressources pour l’emporter dans la douleur.

Après 1995, 2007 et 2019, l’Afrique du Sud remporte sa quatrième Coupe du monde et domine désormais le palmarès mondial devant des All Blacks (trois victoires), qui ne sont pas passés loin de l’exploit.

MONDIAL RUGBY : l’Afrique du Sud met la France dans la sauce

Moment épique à la Coupe du Monde de Rugby 2023 en France a lorsque l’Afrique du Sud, la dernière nation africaine encore en lice, a triomphé face à la France pays organisateur lors d’un quart de finale mémorable au Stade de France ce dimanche 15 octobre.

Dans un stade acquis à la cause du XV de France, les Sud-Africains ont réussi à se qualifier en demi-finale en remportant la victoire par un score incroyable de 29-28.

(©Icon Sport) Par Nicolas

Le match a été intense du début à la fin, avec des actions passionnantes et des essais spectaculaires. Les supporters français bien que très déçus de l’élimination précoce de leurs champions ont eu droit avec les fans sud-africains à un spectacle de rugby de haute intensité, démontrant la passion pour ce sport dans les deux nations.

Les Sud-Africains, champions en titre, démontrent qu’ils ne sont pas des favoris pour rien.

Avec cette victoire, l’Afrique du Sud se prépare à affronter l’Angleterre en demi-finale, qui se tiendra le samedi 21 octobre. Cette confrontation promet d’être un autre moment fort de la Coupe du Monde de Rugby 2023, mettant en vedette deux des équipes les plus compétitives du monde.

Kokowa : Inquiétudes sur l’état critique d’Aibo Hassan

Dans l’univers effervescent de la lutte traditionnelle au Niger, il existe des étoiles qui brillent plus intensément que d’autres. Parmi elles, Aibo Hassan, un jeune champion au talent prometteur, a attiré les regards admiratifs et les acclamations de toute une nation. Cependant, une ombre s’est abattue sur ce sportif intrépide, car il se trouve actuellement dans un état critique, luttant pour sa survie dans ce sport et pour la récupération de sa jambe fracturée.

La visite récente du tout nouveau Gouverneur de la Région de Maradi, Issoufou Mahamane, au chevet d’Aibo Hassan, a suscité une vive émotion. Cette visite, qui s’est déroulée en parallèle à une série d’inspections des infrastructures locales, a mis en lumière la gravité de la situation du lutteur.

Crédit Souffle de Maradi

Il est difficile de trouver les mots pour exprimer l’inquiétude qui prévaut. L’opération chirurgicale, entreprise dans l’espoir de réparer la jambe fracturée d’Aibo, semble n’avoir pas atteint son objectif escompté. Le Gouverneur Issoufou Mahamane a immédiatement réagi en ordonnant la réalisation de nouvelles expertises médicales pour évaluer la situation et déterminer les meilleures options pour le traitement du lutteur.

Le tragique incident qui a plongé Aibo Hassan dans cette douloureuse épreuve s’est produit le 17 mai 2023, lorsqu’il a été victime d’un accident de moto entre son village natal, MaiTaro, et la commune de Dakoro. Ce jour-là, sa vie a basculé, mettant en doute ses aspirations sportives et une carrière florissante.

Aibo Hassan, un véritable joyau de la lutte traditionnelle nigérienne, un sport profondément ancré dans la culture nationale. Sa maîtrise sur le sable, sa puissance et son charisme avaient gagné le cœur de nombreux fans enthousiastes. Aujourd’hui, ces fans se rassemblent dans l’espoir que leur champion préféré puisse surmonter cette épreuve et revenir un jour dans l’arène.

A travers cette blessure, la lutte traditionnelle au Niger perd de son éclat en l’absence d’Aibo Hassan. La communauté sportive du pays se mobilise pour apporter son soutien au lutteur et à sa famille en ces moments difficiles. Les prières et les vœux de rétablissement se multiplient, tout comme les efforts pour réunir les ressources nécessaires à son traitement.

Alors que l’ombre plane sur l’état de santé d’Aibo Hassan, l’espoir reste vivace. Espérons que sa détermination et sa force, qui l’ont conduit à devenir une étoile montante de la lutte traditionnelle nigérienne, l’aideront à remporter cette bataille. Les regards du Niger sont fixés sur son rétablissement, dans l’espoir de voir briller à nouveau une des étoiles les plus lumineuses de ce sport emblématique.

Footoni

Crédit Souffle de Maradi

Kinshasa 2023 : Avec 18 médailles dont 3 en Or, une performance inédite dans l’histoire du Niger.

Prévu se clôturer ce Dimanche 6 Août, La République Démocratique du Congo à travers la ville de Kinshasa accueille depuis le 27 Juillet 2023, les neuvième jeux de la Francophonie. Le Niger (Hôte 2005 à Niamey) s’est illustré par la montée en puissance de ses différents athlètes et artistes.

Avec une douzième (12e) place dans le classement général des médailles et dix-huit (18) médailles pris, c’est une performance bien loin des standards auxquels l’on était habitué.

En effet, après une dizaine de jours de compétitions sportives et artistiques l’heure est au bilan pour les délégations. Pour le Niger, la moisson est très bonne. Avec dix-huit (18) médailles prises composées de trois(3) en or, huit (8) en argent et enfin (7) en Bronze.

Le Para Athlétisme et l’athlétisme confère Sept (7) médailles dont une en Or. La Lutte Africaine malgré l’absence d’une équipe féminine ramène six (6) colliers dont deux en or. Il faut aussi souligner la médaille de bronze acquise en Football et dans la danse des marionnettes Géante.

Le tableau des médailles nigériens se présente ainsi :

ACTU : Damana Abdoulaye élu président de l’Union des Journalistes Sportifs du Niger

C’est ce Dimanche 11 Juin 2023 entre les murs de la maison de la presse qu’a eu lieu l’assemblée générale élective du bureau de UJSN.

A l’issue des votes, le nouveau leader de l’Union est un visage très connu sur les différents terrains de jeu. L’homme qui succède à Djingarey Mahamadou se tient en la personne de Abdoulaye Damana. Ce journaliste indépendant comme il aime à se décrire est avant tout un passionné de sport et un journaliste aguerri. Il ne fait alors aucun doute qu’il apportera un plus d’éclat à une union qui brille ces derniers temps par son absence.

En plus du poste de président, le tout nouveau président sera appuyé par un tout nouveau bureau exécutif national qui se compose de :

  • 1er Vice Président
    • OUSMANE KEITA
  • 2e Vice Président
    • SERGE MATHURIN
  • Secrétaire Général
    • DAN MARAFA SOULEY
  • Secrétaire Général Adjoint
    • LAOUALI SOULEYMANE
  • Trésorier Général
    • ADAMOU BOUKARI
  • Trésorier Général Adjoint
    • IBRAHIM SOUMAILA
  • Secrétaire à l’Organisation
    • SALHA SOULEYMANE
  • Secrétaire à l’Organisation Adjoint
    • ABOUBACAR ALOU
  • Secrétaire à l’Information
    • HASSIMI ABDOULAYE
  • Secrétaire à l’Information Adjoint
    • YAZID DANI

Élu pour un mandat de quatre (4) ans, le bureau peut déjà vaquer à ses occupations dont entre autres événements imminents la coupe d’Afrique des moins de 23 ans à laquelle participe le Niger.

STADE GÉNÉRAL SEYNI KOUNTCHE : des bonnes nouvelles concernant la rénovation

Pour se conformer aux exigences de la FIFA et de la CAF et enfin accueillir les matchs de nos équipes Nationales, le Niger a lancé le processus de rénovation du Stade Général Seyni Kountché.

En effet, ce Vendredi 14 Avril 2023, le Ministre de la Jeunesse et du Sport Sékou Doro Adamou accompagné du Président de la FENIFOOT Colonel Major Djibrilla Hima dit Pelé, ont reçu ce matin au stade Général Seyni Kountche de Niamey, une délégation chinoise conduite par le Directeur Général du département des Affaires Africaines du ministère chinois des affaires étrangères Wu Peng dans le cadre de la deuxième rencontre de la rénovation du stade Général Seyni Kountche de Niamey.

Le processus de rénovation selon toute vraisemblance démarrera le mois prochain par l’arrivée d’ experts chinois qui vont étudier l’édifice nigérien.

Des nouvelles rassurantes qui montrent tous le sérieux que mets les autorités nigériennes afin de doter du pays d’un stade au normes digne de recevoir ses matchs internationaux.

Duathlon : Une compétition internationale à Damara en ligne de mire pour le Niger

Du 16 au 26 Avril prochain, le Niger participera à la deuxième édition du Duathlon International de Damara. Organisé par la Fédération Centrafricaine de Triathlon et placé sous le haut patronage du président de la République de Centrafrique, ce rendez-vous promet d’être relevé.

La délégation du Niger composée de deux athlètes et d’un chef de délégation.
1- Issoufou Sani Boureima
2- Mohamed Hama Harouna
quittera Niamey ce 14 Avril à partir 8 heure en direction de Bangui.

TOLAC 2023 : Un Niger triomphateur

Clôture cette semaine à Niamey de la douzième (12e) édition du Tournoi le Lutte Africaine de la CEDEAO (TOLAC). Pendant trois jours (du 17 au 19 Mars) tous les meilleurs lutteurs de treize nations africaines se sont affrontés sur le sable chaud de l’arène de la capitale nigérienne.

La finale par équipe, en point d’orgue du spectacle a vu ce dimanche 19 mars 2023, le Niger mettre fin au règne du Sénégal qui perd du coup son titre gagné à Dakar, le 6 novembre 2022.

Face aux athlètes Sénégalais, nos héros nationaux Jamilou Bakoye (66kg), Abba Ibrahim (86kg) et Aybo Hassan (100kg) ont tous terrassés leurs adversaires. Mansour Issa (76) et Kadri Abdou (120 kilos) eux sont tombés allouant ainsi deux victoires au Sénégal. Trois victoires contre deux c’est le score de cette finale qui consacre le Niger.

Pour ce qui est du Classement de la compétition par équipe le Niger tire son épingle du jeu :

1er Niger (10.000 dollars : 6.000.000 FCFA)

2e Sénégal (6.000 dollars : 3.600.000 FCFA)

3e Nigeria (3.000 dollars : 1.800.000 FCFA)

Pour la compétition en Individuel aussi, les nigériens ont fait montre d’une motivation sans relâche. Sur les cinq (5) gladiateurs engagés, quatre (4) atteignent le stade des finales.

Le seul point négatif à cette compétition reste la double chute de notre champion national qui se contentera de l’or en équipe. Étant battu en Individuel par le colosse sénégalais Ordinateur.

KOKOWA: A jamais dans la légende…

Grâce à sa victoire sur le lutteur de Niamey (Sabo Abdoulaye), Kadri Abdou dit Issaka Issaka décroche dans le Stade Régional de Diffa son cinquième (5) titre national de lutte traditionnelle.

Sabo Abdoulaye – crédit JD

Le natif de Dosso rentre dans la légende de cette discipline en devenant le premier lutteur à gagner le sabre national à cinq (5) reprises. Pour rappel, Issaka Issaka a été titré lors des éditions de 2015, 2016, 2019, 2021 et ce sabre 2022 vient glaner un armoire déjà bien étoffée.

Il dépasse ainsi les trophées du Yacouba Adamou Kantou de Maradi qui était 4 fois champion en 1975, 1977, 1978 et 1980.

Kadri Abdou âgé de trente cinq (35) ans a reçu le Sabre National symbole du roi des arènes et un Prix de 12 millions de FCFA des mains du Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou.

Crédit JD

KOKOWA : fin des inter-régions, des déceptions pour certains et la satisfaction pour d’autres

Après une semaine de combats, seuls dix lutteurs sur les 80 engagés en début de compétition peuvent encore rêver de ce sabre. Si pour certains les espoirs placés en eux ont été très lourds, pour d’autres c’est avec classe qu’ils assument leur statuts.

Dans les déceptions de cette édition, nous pouvons citer deux favoris qui avaient fait bonne l’année passée à Niamey. Il s’agissait de Zakirou Zakari (Tahoua) qui se voit éliminé lors de la deuxième journée. L’autre déception est notamment l’élimination dès la première journée du favori de Diffa Mansour Issa qui mettait fin à toute envie de la région du Manga de réaliser un exploit.

Les grands favoris ont fait le travail, il s’agit du tenant du titre et quatre fois vainqueur du sabre Kadri Abdou de Dosso, son dauphin et challenger Aybo Hassan de Maradi, le colosse de Niamey Yacouba Adamou, la force tranquille d’Agadez Saley Daouda et le fin technicien du Damagaram Laouali Dan Tella.

La phase finale qui devient dès lors individuelle débute ce Dimanche avec dix lutteurs.

Il est à noter que la liste des lutteurs qui joueront la seconde phase se présente comme suit : trois (3) de Niamey (Yacouba Adamou, Sabo Abdoulaye, Abba Ibrahim) ; deux (2) de Dosso (Kadri Abdou Issaka Issaka, Ali Seyni) ; deux (2) pour Tahoua (Noura Hassan, Abdou Salam Soumaila) ; Un (1) pour Maradi (Aibo Hassan), Un (1) pour Agadez (Saley Daouda) et enfin Un (1) pour Zinder avec Laouali Abou Dan Tela.

P